SHS et sciences de la nature: vers de nouvelles alliances?

Depuis leur naissance, les sciences sociales entretiennent un dialogue incontournable, mais souvent conflictuel, avec les sciences de la vie. Ce dialogue est-il appelé, demain, à s'intensifier et à changer de nature?  L'évolution des équilibres écologiques de la planète et des ressources disponibles, ainsi que la transformation des conditions de reproduction de l'espèce humaine – à travers, notamment, des phénomènes comme le vieillissement, la procréation assistée ou le génie génétique – imposeront-elles aux deux types de sciences de reconsidérer les termes de leur coopération? Et si tel est le cas, quels obstacles épistémologiques seront à surmonter? Comment empêcher, de part et d'autre, certaines formes de réductionnisme ? Pour réfléchir à ces questions, une table-ronde, organisée dans le cadre du colloque « Les sciences sociales au 21e siècle », réunira, mardi 16 juin de 17h à 19h, des chercheurs issus de différentes disciplines des sciences sociales et des sciences de la vie, qui donneront leur point de vue sur les conditions dans lesquelles, dans le monde de demain, une véritable interdisciplinarité entre sciences sociales et de sciences de la vie pourrait être envisagée.

DÉCOUVREZ  LE PROGRAMME

DÉCOUVREZ LA VIDÉO DES  INTERVENTIONS

 

Jérôme Dokic présidera cette table-ronde. Il est philosophe, directeur d'études à l'EHESS et membre du bureau de la présidence de l'EHESS. Ses travaux portent sur la philosophie de l’esprit, de la psychologie et des sciences cognitives. Il est notamment l'auteur de La philosophie du son (avec Roberto Casati, 1994), L’esprit en mouvement. Essai sur la dynamique cognitive (2001) et Qu’est-ce que la perception? (2004).

Jean-Claude Ameisen est médecin, immunologiste et chercheur en biologie. Il dirige,  à l'université Paris 7 Diderot, le centre d'études du vivant de l'Institut des humanités de Paris, et préside, depuis octobre 2012, le Comité consultatif national d'éthique. Animateur sur France-Inter de l'émission « Sur les épaules de Darwin », il a notamment publié La sculpture du vivant. Le suicide cellulaire ou la mort créatrice (1999) et Dans la lumière et les ombres: Darwin et le bouleversement du monde (2008). Jean-Claude Ameisen a donné, en 2007, la 29e conférence Marc Bloch. Voir ici.

Enric Porqueres i Géné est anthropologue et directeur d'études à l'EHESS. Il étudie la « personne relationnelle » et les processus d'individuation non seulement dans les contextes traditionnels de l’anthropologie (Inde, Afrique de l’Ouest, Australie, Mélanésie, milieu Inuit) mais encore dans la cadre des nouvelles technologies de reproduction et de la bioéthique. A ce titre, il a été amené à analyser les débats contemporains sur le diagnostic préimplantatoire, le clonage, le don de gamètes, le recours à l’AMP ou encore, les parentés homosexuelles. Il a dirigé l'ouvrage collectif Défis contemporains de la parenté (2009) et, avec P. Bonte et J. Wilgaux, L’argument de la filiation : aux fondements des sociétés européennes et méditerranéennes (2011).

Laurence Kaufmann est professeure de sociologie de la communication et de la culture à l'Institut des sciences sociales de l’université de Lausanne. Ses travaux, qui recourent à la sociologie et à l’histoire aussi bien qu’à la linguistique et à la psychologie, visent à éclairer les « grammaires relationnelles » qui sont au cœur de l’ontologie des faits sociaux et à mettre en évidence les capacités attentionnelles, inférentielles, mimétiques et communicationnelles qu’exigent, de la part des êtres sociaux, la constitution et la maintenance «grammaticale» de leurs relations. Elle est notamment l'auteure, avec D. Trom, de Qu’est-ce qu’un collectif ? (2010) et, avec F. Clément, de La sociologie cognitive (2011).

Joëlle Proust est philosophe de l'esprit et membre de l'Institut Jean-Nicod (ENS-EHESS). Elle dirige un projet interdisciplinaire financé par le Conseil Européen de la Recherche, visant à étudier le développement dans différentes cultures de la sensibilité aux normes épistémiques. Ses travaux antérieurs au CNRS ont porté sur l'histoire et la philosophie de la logique, l'évolution de la cognition, l'agir et la métacognition. Parmi ses publications: Les animaux pensent-ils? (2003), La nature de la volonté (2005) et The Philosophy of Metacognition. Mental Agency and Self-Awareness (2013).

Michel de Fornel est sociolinguiste et linguiste, directeur d’études à l’EHESS et membre de l'équipe "Linguistique, Anthropologique et Sociolinguistique" (LIAS) de l'Institut Marcel Mauss. Ses travaux portent sur la linguistique interactionnelle et l'anthropologie linguistique, ainsi que sur la sociolinguistique variationniste. Il est notamment l'auteur de Naturalisme vs Constructivisme? (avec C. Lemieux, 2007), Bourdieu, théoricien de la pratique (avec A. Ogien, 2011) et Aux prises avec la douleur. Analyse conversationnelle des consultations d'analgésie (avec M. Verdier, 2014).

Jean-Paul Gaudillière est historien des sciences et de la médecine, chercheur à l'Inserm et directeur d'études à l'EHESS. Il dirige depuis 2010 le Centre de Recherche Médecine Science, Santé, Santé mentale et Société (Cermes3). Ses travaux portent sur les relations entre sciences, industrie et pratiques médicales, sur l'histoire des médicaments biologiques et sur les innovations scientifiques et pratiques médicales en génétique et cancérologie. Il est notamment l'auteur de Inventer la biomédecine. La France, l’Amérique et la production des savoirs du vivant après 1945 (2002); La médecine et les sciences. XIXè-XXè siècles (2006); et avec H-J Rheinberger, de l'édition de The Mapping Cultures of Twentieth Century Genetics, Vol. 1 : Classical Genetic Research and its Legacy ; Vol. 2 : From Molecular Genetics to Genomics (2004).

Fiche technique: Les sciences sociales au 21e siècle / Humanities and the Social Sciences in the Twenty-first Century • Un colloque interdisciplinaire organisé par l’EHESS • Langues utilisées: le français et l’anglais • Amphithéâtre François Furet et salles 7 et 8 • 105, bd Raspail • Table ronde n°2 (16 juin, 17h-19h): “Les sciences sociales sont-elles l'avenir des sciences de la vie?".

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter

Commentaires fermés